samedi 25 juin 2016

biennale de l'image/ les deux fresques en entier


Bas les masques

 Les tricheurs

Quand la technique est aussi un jeu.
Lucile NAbonnand et Isabelle Bourger propose pour la 19ème édition de la Biennale de L'image un travail commun situé entre peinture et photographie. Si Isabelle Bourger réalise une peinture qui imite la photographie, Lucile Nabonnand cherche dans la photographie quelque chose de l'ordre de la peinture. Dans ce travail commun, il est difficile de définir ce qui appartient à la peinture et ce qui relève de la photographie. Les codes sont brouillés, le trouble est jeté. le jeu de l'imitation, mimétisme, est déjà ancré dans les techniques même de la création de l'oeuvre. 
Isabelle Bourger et Lucile Nabonnand ont débuté ce travail commun, lors de l'exposition Conversation dans un boudoir à la galerie de Madame de Graffigny du 6 juin au 19 juillet 2015. Elles ont trouvé naturel dans le cadre de cette exposition de pousser le terme de conversation à celui de collaboration présentant deux oeuvres de 1, 2 m/ 2, 5m, intitulées pour l'une les boudeuses et l'autre, fête. Ces oeuvres mêlent peinture et impressions numériques sur papier de soie huilées et collées. Les frontières entre peinture et photographie se dissolvent sous les couches laissant place à une oeuvre hybride. 
Ces deux nouveaux travaux seront aussi une galerie de personnage. Un visiteur de l'exposition Conversation dans un boudoir a fort justement exprimé ce qui est donne une sensation étrange à ce travail, C'est une galerie d'expression. Etant donné que chaque personnage est réalisé de manière individuelle ( peinture et photographie), et que la mise en place du groupe est réalisée de manière différée avec de faux jeux de regard, il y a quelque chose d'étrange du à l'individualité forte de chaque personnage qui est toujours photographié ou peint comme un personnage principe même s'il est au fond de l'oeuvre.  

Pour la biennale, elles proposent de continuer ce travail avec deux oeuvres qui se répondent/ les tricheurs et La mascarade.
Les tricheurs//
Autour d'une référence à George de La Tour, au tricheur, pour un travail en clair/ obscur dans lequel un jeu de glace et de regard, place le spectateur en lieu et place d'un tricheur qui va être découvert.
Le tricheur est l'anarchiste du jeu, celui qui refuse le nouvel ordre établi par les règles du jeu et les contourne et dans lequel nous nous reconnaissons un peu, isabelle et lucile en proposant une oeuvre de peinture dans une biennale de photographie, ce qui est un peu tricher aussi. 
La mascarade//

c'est le pendant des tricheurs puisqu'elle évoque une assemblée entière dont l'ordre est le faux semblant et donc tricherie. Les masques sont l'opportunité donnée à chacun d'endosser un nouveau rôle, un autre autre et renverser l'ordre établi dans des jeux de carnaval. Mais  les masques sont aussi l'accessoire de la comédia del arte,  ( jeu de la comédie) dans laquelle ce sont les masques qui donnent le rôle qui que ce soit sous le masque.